samedi 13 octobre 2007

028


- Bonjour, Monsieur.
- Bonjour, Edouard. Bonne journée.
- Merci , Monsieur.

7 commentaires:

joye a dit…

Et celui-ci un matador. Après la corrida, me semble-t-il.

Balthazar a dit…

Bonjour joye,
Vous ici, c'est mucho mucho.
Je vous attends demain pour prendre le thé ou fumer un puro avec un verre de fino?
Hasta luego muy guapita.

Balthazar

Balthazar a dit…

C'est son "habit de lumière" inachevé qui vous fait dire ça?
En fait, c'est une coquetterie de recherche picturale, hum! Je n'aime pas, dis-je avec gravité, que mes personnages soient "situables" socialement.

joye a dit…

Surtout le chapeau...

Et oui, la veste, elle a l'air salie ou déchirée bien que je sache que c'est inachevé.

joye a dit…

¿muy guapita? Claro que no, piensas a un otra... ;-)

joye a dit…

Y no puedo fumar...

Balthazar a dit…

joye,
Mon espagnol est comme vous avez pu le constater très approximatif, mes capacités informatiques tout autant. Mais pas seulement. Pour tenter de mettre un peu de clarté ici, avec votre aide et votre indulgence, mais surtout votre esprit, votre gaité pétillants.
Le puro faisait allusion au tango. Pourquoi le tango? j'ai mémorisé, à tort ou à raison, que vous aviez publié une video de milonga, c'est bien vous?
Guapita, jolie, non? C'est bien la traduction? Au regard de votre avatar, je ne démords pas. Je persiste. Le puro, je vous l'accorde convient mieux à quelqu'une de plus fatale que vous, mais je n'avais pas encore pris connaissance de votre avatar.
Penser à quelqu'une d'autre, me demandez-vous? Lorsque je pense à qqu'une d'autre, mon blog en fait état, autant que faire se peut, tout est là. Si vous m'y "suivez", suivre et non être, oui . Mais je ne confonds rien, ni personne, je fais, je m'efforce de faire la part des choses et de chacun à mes yeux comme aux leurs.
Les sites de mes liens "ebranlantes" sont les sites de cette personne, cette jeune femme que je trouve étonnante de courage et époustoufflante dans son travail. Publiquement, je n'ai rien formulé d'autre à son sujet.D'aucun m'a prêté des sentiments qui auront été détournés par deux fois, une fois en prenant connaissance de ce qui ne lui était pas adressé, une seconde en détournant mes propos.C'est clair dans mon blog.
Pardonnez-moi l'épreuve de cette longue réponse.
Je voulais témoigner ici même de la considération que j'accorde aux unes et aux autres et aux uns, selon les qualités que je perçois en eux, elles,et ce que je crois q'ils, elles m'autorisent.
joye, vous m'êtes très chère et sympathique.

H. Suchet, Balthazar et tous les autres admirateurs, afficionados que je tente d'incarner.