vendredi 27 août 2010

HOMME ASSIS 2






















Suchet, Homme assis ( sans chaise ), encre sur papier recyclé, 49 x 35 cm, 13.6.1998.

" Prenez donc un siège, je vous en prie. "
 Deale Esq.
 Un tout autre homme assis, ICI, là vous allez rire.

jeudi 26 août 2010

HOMME ASSIS






















Suchet, Homme assis, encre sur papier recyclé, 49 X 35 cm, 13 06 1998.

" Bien de l'agitation pour fort peu de choses hier sur la parvis du MAMI. " 
Deale Esq. 
***

L'agitation se situait plutôt ici, sur la grande table de la salle de rédaction:
Deale Esq. 

mercredi 25 août 2010

DECOMPOSITION

Décomposition/recomposition d'une JOURNEE DE RENTREE au MAMI :













































































Ils sont sept rappeurs et animent le parvis toute cette journée du 25 août 2010:




mise en scène et montage/le MAMI
les Rappeurs/Deale Esq.
image sonore/ed30

mardi 24 août 2010

BAVURES

Bavures au MAMI








































































Il me semble que les dessins de mon père gagnent à être agrandis.
Clé.

dimanche 22 août 2010

APPELS D'AIR PREND L'AIR

De l'air, de l'air, de l'air!
Le MAMI, Salle 1 dite Salle Les Imparfaits, nous avons, ce matin et pour quelques jours,  laissé les fenêtres grande ouvertes et déclaré Journées Portes ouvertes.



_____

N.D.L.R., si vous êtes intéressé(ée,es, ées) par Les Imparfaits vous pouvez suivre ce lien.

samedi 21 août 2010

SORTIE DE PISTE






















Encre sur épreuve d'impression.

________
N.D.L.R. La publication finale du texte sur lequel figure le dessin ci-dessus a été reportée, l'auteur ayant considéré que la qualité littéraire et critique du texte classait ce dernier hors-piste.

jeudi 19 août 2010

HUMEURS




































J'ai remarqué souvent que les gens qui sont en retard sont de bien meilleure humeur que ceux qui ont dû les attendre.
André Roussin

mercredi 18 août 2010

COMMENT

Comment Clémentine et Monsieur Karl (Lagerfeld), présentés l'un à l'autre par Olivier Sultan, Musée des Arts derniers, sont-ils devenus "amis-facebook". Non, ce ne sont pas seulement pour ses cols montants jusqu'aux lobes qu'autant pour ses gouts pour la musique traditionnelle.
sic : 









lundi 16 août 2010

OUI















ui, par terre c'est un peu sale.


Suchet, Par terre, encre de géranium et aquarelle, 29,7 X 21 cm, août 2010.
N.D.L.R. Agrandissez les images pour vous rapprocher du dessin d'origine.

dimanche 15 août 2010

REPONSE

Réponse du personnage d'aujourd'hui au personnage d'hier et de demain.






















Sans titre, encre de géranium, 29,7 X 21 cm, août 2010
Cliquer pour agrandir.

samedi 14 août 2010

VRAIMENT ?













 - Le personnage du dessin :
   Vous le pensez vraiment?


encre sur épreuve d'imprimerie, 199?

Demain ou plus tard  un autre personnage  lui répondra. Si vous formulez, en commentaire, la réponse du personnage de demain ou de plus tard, je produirai le dessin. 
Clé

jeudi 12 août 2010

MIME OU MINE ?


















- Alors? Mime de rien ou mine de rien? (*)

(*) C'est une faute de frappe dans un commentaire récent qui m'a inspiré cette publication et la recherche d'un dessin approprié. Remerciements d'Appels d'air.

samedi 7 août 2010

BROUILLON DE PAGE


En faisant refaire surface à ce dessin, je découvre un texte au verso d'une épreuve de Carnets d'atelier où je peux lire :

Peu à peu, je veux dire d'années en années, je me suis rendu compte que ma peinture mettait en place un silence entre elle et son spectateur. Peu à peu j'ai appris à constater, évaluer ce silence. A apprécier qu'il fût le facteur, l'acteur qui mettait en place le climat, les conditions pour que s'établisse une relation spécifique entre ma peinture et son spectateur.


 C'est un silence actif, un silence qui s'impose. Qui s'impose aux bruits parasites, à la dispersion, l'inattention. Le silence d'une présence forte, forte mais non dévorante, d'une force immense mais dont on ne redoute rien, dont on n'a rien à redouter.. Troublante mais sécurisante, sans artifice.
Dès lors, je commençai à porter de l'attention puis à développer un travail de mise en scène de ma peinture qui privilégiât ce silence. Pour ajouter, privilégier il fallait d'abord soustraire afin que ce silence gagne en perception possible, intensité, présence, volume.
C'est alors que je me rendis compte que le silence ouvrait la voie, appelait la danse et les sons.
J'en parlai à Edgar, il composa la musique qui allait être celle du Kiosque à Fulambules et tableaux. Les Fulambules, mes silhouettes de bois géantes naissaient simultanément. Ils allaient être des protagonistes majeurs dans mon travail., s'imposer comme le font une enfilade de portes, l'allée des lions à Karnac, les monoïs de l'île de Pâques. S'imposer comme le font les témoins, les acteurs d'un acte de création.
Indépendamment de moi, sans contrainte et en totale adhésion, avec crainte et confiance, je prenais conscience que cela faisait de moi un peintre-chamane, devant moi se produisait un travail semblable à ce que révèlent les parois couvertes d'animaux par l'homme de la préhistoire, une création permanente.
J'en parlai à Deale Esq. redoutant qu'il me demandât si je me prenais pour Claudel, Soubirou, Fouquet. Il ne dit rien. Nous n'entendîmes pas même les cigales*. Et aucun de nous ne pensa les interposer ici. Plus tard quand je revis Deale, il me dit : Les Fulambules, il faut les réaliser maintenant.
Carnets d'atelier, 13.02.1999

_____________

(*) Les cigales, allusion à Propos métaphoriques.

vendredi 6 août 2010

CARNET/JOURNAL



















 Quand dans les années 90 j'effectuais des mises en scène de peintures en parallèle j'établissais, comme ci-contre, un carnet/journal photographique du travail journalier que nous effectuions.
Ce carnet/journal que j'intitulais alors Planches-contacts est devenu, quand je le feuillette aujourd'hui, un album photographié de souvenirs .
Aujourd'hui encore mes activités s'élaborent toujours et s'inscrivent dans ma mémoire comme des décors successifs de mises en scène, comme des planches-contacts.
Deale Esq., Propos d'atelier aout 2010.


Crédit photographique F. Tésorio.

mercredi 4 août 2010

REGARDISTAAN




" Un regard qui a basculé dans un autre monde, un monde qui a produit un autre homme, une autre humanité. Cet homme de bientôt est peut-être l'homme regardant, contemplant, laissant faire, spectateur de lui-même et de ce qui l'entoure. Un homme sur lequel l'homme du passé perd prise. Ce regard de l'homme d'une autre humanité n'a pas encore généré son prochain ou lointain destructeur et sa fin. C'est l'homme d'une humanité qui dispose d'un peu de temps devant elle. Homme ou monstre? "

Regardistaan, encre sur épreuve d'imprimerie, 29 X 16 cm,

N.D.L.R. In Carnets d'atelier, Editions Libres impressions, 2001, page 19.

mardi 3 août 2010

J'IGNORE











J'ignore ce qui fait la frontière entre la contemplation, le rêve, l'hallucination, la folie. J'ignore même s'il en est une. J'ignore encore si porter un rêve à l'état de réalité n'est pas aussi une folie.
Carnets d'atelier, 15 février 1999.


Sans titre, encre sur épreuve d'impression