lundi 26 mai 2008

MESSAGE 072 / SERIES VERTES

Quatre portraits de la Série verte, collection privée Balthazar, 1997.

Suite de ma soirée chez Balthazar

- Je t'ai déjà confié que les tableaux de la Série verte de mon père me faisaient inévitablement penser à la peinture de F. Bacon? demandais-je à Balthazar.
Silence de Balthazar.

- Tu dis rien?
- Un jour que j'interrogeais ton père un peu comme tu fais là, il m'a répondu :
" F. Bacon peint en trois dimensions, ses lignes de fuite, ses perspectives construisent cette troisième dimension, l'espace. Ma peinture est frontale, sans perspective, en miroir ". Peu après, il ajoutait : " Je lisais une interview dans laquelle F. Bacon disait : " Je peins de la viande ". " Pour ma part, continua ton père, je peins des transferts ".
Tu sais, ton père a toujours détesté parler de la peinture, " La peinture ne relève pas du langage, elle s'adresse à nous en en faisant abstraction, là où elle pense dépasser les mots. Elle laisse, elle ouvre du possible, là où la parole, les mots circonscrivent ce dont nous parlons, alors qu'ils sont muets pour transmettre des émotions, une pensée qui s'élaborent. La peinture partage cela avec la musique, la poésie, mais, en silence, comme la contemplation, l'extase." disait-il.

Suivit un silence prolongé.

- Continue, Balthazar.
- Je préfère que nous arrêtions là nos baconneries, non? Tiens, ton père me disait aussi :
" Prendre la parole en peinture, je suis exaspéré par ceux qui s'y aventurent. La peinture est un art du silence. "



Collection privée, Madame E. Frattini-Ducos, 1999.



Collection privée, Monsieur P. Suchet, 2007.

2 commentaires:

helenablue a dit…

la peinture est un art du silence ...c'est vrai ...
contemplatif

mais parfois les individus ont peur d'entendre leurs émotions ...alors ils bavardent ...

Appels d'air a dit…

Ravi de lire les vôtres.

Balthazar