vendredi 20 février 2009

MESSAGE 121 / MAMI'S WALL

Depuis des années je rêvais de pouvoir projeter Sur les Canopées** sur grand écran en façade du bâtiment du MAMI. Je viens de trouver un logiciel qui me permet, en partie*, d'éditer cette animation dans le format de fichier qui rend ce souhait réalisable.
J'ai crée Sur les canopées dans le contexte du début des années 2000 alors que le statut de l'art et de la culture était en pleine effervescence, on parlait alors d' " exception culturelle ".
La philosophie de cette animation dans sa forme allégorique ne me semble pas avoir pris une seule ride. Sur les Canopées trouve plus que jamais sa pertinence dans le contexte de crise mondiale auquel nous sommes confrontés aujourd'hui. Sur les Canopées, pour y faire face, ouvre des voies qui trouveraient leurs raisons d'être dans tous les domaines culturels et artistiques mais, tout autant, dans l'ensemble des vecteurs économiques obsolètes aujourd'hui.

Je ne dissimule, non plus, pas ma fierté d'avoir réalisé cette animation alors que je traversais une période matériellement très délicate. Cette animation, je l'ai conçue sur un ordinateur ami, très peu puissant. Chaque modification apportée exigeait un temps d'enregistrement de plus de 15 minutes. C'est un travail qui, dans de telles conditions, m'avait demandé quelques 3500 heures de travail que j'ai fait sur presque deux ans. Pendant cette période je n'ai cessé presque un seul instant d'être confronté au risque d'une mesure d'expulsion. Sur les Canopées est presque née dans la rue.

Je souhaite que cette animation reçoive un accueil favorable auprès de vous et qu'elle contribue à faire progresser l'indépendance de l'art et de la culture dans plus de démocratie et, sait-on jamais, qu'elle inspire, peu ou prou, des besoins et des changements dont nous avons besoin.


SUR LES CANOPEES 1 ERE PARTIE
envoyé par appelsdair



SUR LES CANOPEES 2 EME PARTIE
envoyé par appelsdair



SUR LES CANOPEES 3 EME PARTIE
envoyé par appelsdair



SUR LES CANOPEES 4 EME PARTIE
envoyé par appelsdair



SUR LES CANOPEES 5 EME PARTIE
envoyé par appelsdair


N.B. La visualisation de ces videos nécessite l'installation préalable de Adobe Flash Player ( logiciel gratuit téléchargeable depuis http://get.adobe.com/fr/flashplayer/
(**) L'hébergeur de cette animation n'offre pas la possibilité de développer sur un blog toutes les qualités du projet originel. J'ai dû réduire à 320 X 240 la surface de l'écran, ce qui rend difficilement lisible les textes et les images. Pour y remédier, je peux adresser à tous ceux et celles qui m'en feraient la demande une version complète, projetable sur la totalité de votre écran, par @mail en fichier joint, propriété : environ 15 Mo.

12 commentaires:

Bona a dit…

Message reçu! Accueil favorable, cher Baltha!
C'est vrai, j'aimerais mieux m'imprégner de ce visible (grand écran), et bien sûr, de ce qui l'accompagne, le lisible. Ensuite établir une sorte de non-rapport entre les deux; et voir ce que cette voix (le dicible) apporte en s'installant entre les deux champs, les deux strates (le visuel et l'énoncé). Le possible, c'est ce qui échappe de ce non-rapport, de cet entre-deux. L'intensité créatrice se joue là, nulle part ailleurs. Et le réel se donne à voir, nourri d'imaginaires ( création) Est-ce clair? A suivre...

Appels d'air a dit…

>Bona,
C'est très clair.
Baltha

Didier a dit…

C'est très impressionnant, et les vidéos, et la "notice".
Merci et bravo, pour le cadeau, pour le boulot.
Canopé, un mot qui a curieusement déboulé dans mon univers ces temps-ci, découvert via Bashung et sa chanson Venus.
On peut l'écouter ici : http://www.jiwa.fm/track/Alain-Bashung-29388/Bleu-P-trole-126340/Venus-967123.html

Anonyme a dit…

" Tant qu'il y aura des arbres... il faudrait défisacliser l'art..."

Quel travail Hervé ! Peut ^tre sans "la rue" toute proche n'aurait-il pas pu naître.
Dis, c'est ta voix ?

lidia a dit…

L'avant dernier comm, c'est le mien...

laurence a dit…

Canopée c'est un nom d'étoile...et ce soir me manque mon ciel étoilé alors je viens là passer quelques instants comme à un balcon...

Sylvaine a dit…

Hervé mon petit Prince qui voit du ciel et des étoiles le firmament pâlissant de la terre. Cette projection dans la rêverie, la poésie, les mots, redressent tous les arbres cachés dans le plus profond de mon cœur. Je palpite dans ta galaxie comme un roseau envolé.Tu me bouleverses. Je me mets en boule et en ballon et que ton souffle m'emporte.

Appels d'air a dit…

>Lidia,
La défiscalisation de l'art et de la culture? C'est une idée que Deale esq. développa sur le mode allégorique dans le contexte qui apparaîssait sous l'appellation de Forums de Porto Allegre.
Sans le Rue? Bon, j'ai mis en route cette animation, certes, pour m'aider à repousser le spectre de la Rue.Ce n'est pas la seule aide que j'aie reçue, les plus convaincantes demeuraient les expériences antérieures de la Rue. Un geste heureux de la part d'un tiers.Garder prise sur quelque chose demeurait vital.
Ma voix? Oui, dans un micro assez médiocre, retravaillée au logiciel, mais la voix de Deale esq. tout de même.
Désolé pour le retard de ma réponse. Merci, bravo pour la sollicitude?
Tu es sous Windows ou sous Apple? Si tu es sous Windows, je t'envoie une version complète de Sur les Canopées.

Baltha

Appels d'air a dit…

>Laurence
Oui, je crois que l'on appelle aussi canopée les constellations qui se trouvent au-dessus de nos têtes.
Enchanté que deux comètes comme vous et moi nous croisions alternativement ici et sur Au devant de qui le porta.
Désolé pour la réponse tardive.
Baltha

Appels d'air a dit…

Sylvaine,
T'envole pas trop haut, après il faut toujour revenir et un attérissage est toujours une opération délicate. Merci pour le message exaltant,
Baltha
P.S. Désolé pour le retard dans la réponse.

lidia a dit…

Sur la Fenêtre, mais je ne compte pas me suicider, juste tomber Sur les Canopées.

La rue et défiscalisation (puisque tu me tends la perche)
Jolie voix Deale esq.

Bon courage pour ton démarrage.

Sylvaine a dit…

Deal....tant qu'il y aura des arbres...c'est ta voix ? Jouvet bégayait un peu, toi tu déclames avec une tonalité vibrante. Les portes du thé âtre te sont ouvertes.