jeudi 18 février 2010

ON NE CESSAIT ....













La séparation, huile sur papier, raisin? 1994













Sans titre, acrylique sur papier à la forme, ? X ?, 1994.

On ne cessait de me dire que je peignais, je traduis, des gens peu avenants. Je n'ai, pour ma part, presque jamais cessé de trouver nombre de mes personnages assez drôles, apaisants même, bien que grinçants, quant à ceux qui les critiquaient, pour le coup, définitivement de plus en plus crispés.
Deale esq., Propos d'Atelier, février 2010.

4 commentaires:

laurence a dit…

Baltha, c'est assez bien vu pour un peu je m'y croirai sauf que la pondération n'est pas tout à fait exacte trop classique à mon gout...et puis le noir et blanc plustot pour le haut... la couleur pour le bas parceque ceux du haut c'est eux qui ont un air crispé...

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Alors Laurence vous ne trouvez pas tordants, mes plutôt tordus, peut-être, mes personnages hauts en couleurs? Et avenantes les personnes en noir et blanc du post précédent, là je vous soutiens, je vous soutiens.
Deale esq.

Une femme libre a dit…

Ce n'est pas parce qu'ils ne sourient pas qu'ils ne sont pas avenants. Ils sont sincères et touchants dans leur sincérité. Je les mettrais sur mon mur et je leur parlerais tous les jours pour les apprivoiser.

Appels d'air a dit…

>Une femme libre,
Je les veux au moins désarmants.
Baltha