dimanche 28 février 2010

PLAY BACK AGAIN, PART ONE















L'accordéoniste, fusain, 57 X 76,5 cm, Fassala, Mauratanie,199?

Je retrouve quelques cartes postales éditées pour le "Projet Play Back" que j'avais élaboré, à l'époque, pour une contribution au Off du Festival International du Court-métrage de Clermont-Ferrand, l'année du Centenaire du Cinéma. J'avais réalisé une cinquantaine de fusains représentant les souvenirs de scènes de films remontant à la mémoire du Deale Esq. alors qu'il remontait l'allée centrale d'une salle obscure. Ma participation échoua et, plus tard, alors que moi-même et mon Atelier étions SDF, je confiai l'intégralité de ce projet, tableaux, dossiers, produits dérivés à la sauvegarde d'un "ami". L'ami "disparut" quand je voulus quelques années après en reprendre possession. L'an passé il croisait ma route et je parvins à le conduire par la manche là où se trouvait ce qu'il en restait. Une dizaine de tableaux, quelques cartes postales, ce sont elles que je publie ici et qui n'avaient pas trouvé leur place dans une publication antérieure et ici même de Play Back.
Une fois encore c'est Edgar que je remercie ici. Sans le scanner qu'il m'a offert dernièrement APPELS D'AIR n'aurait pas pu reprendre du service en 2010.
















Chaplin, fusain, 57 X 76,5 cm, Fassala, Mauratanie,199?


















Deale Esq., à suivre.

7 commentaires:

Bona a dit…

Tes traits au fusain font trembler le papier (gammes basses, hautes, effacement, apparition, musique ). Bonne journée

Appels d'air a dit…

>Bona,
Merci Bona,
Baltha

P.S. Bona, Baltha, à l'oreille c'est assez intéressant, non?

Bona a dit…

Ta passion pour les chevaux me fait chavirer de joie. Montes-tu toujours ou tu les regardes s'ébaubir au grand air? Je t'écouterai des heures durant, s'il le faut, parler de la plus belle conquête de l'homme.
J'aimerais bien m'en procurer un jour, quand je retournerai vivre dans le Midi.

Appels d'air a dit…

Bona,
Aujourd'hui je ne ferais plus la différence entre la tête et la queue d'un cheval. La dernière fois que j'ai sellé un cheval ce devait être en 86.
Cependant je ne me reconnais plus lorsque je me trouve exceptionnellement face à un cheval, un homme tout à fait différent, réagissant tout à fait autrement, pensant autrement, vivant autrement.
Les quitter a bouleversé ma vie.
C'est en grande partie pour cela que j'en suis venu à peindre autrefois.
Baltha

laurence a dit…

L'homme centaure et l'homme cent toiles
avez vous vu l'étoile
oui la bonne
juste à coté de vous
elle conduit le crayon
comme un attelage
qui trace et trace encore
la figure très exposée
de toute l'humanité
et l'homme a estimé
que dans sa main naissait
ce qu'il aimait vraiment
de but en blanc

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Votre écriture me stupéfie autant que vos photos.
Voulez-vous que nous fassions un jour ou l'autre un message à quatre mains, le texte de vous ci-dessus ou un autre et un dessin ou tableau de moi que vous choisiriez?
Votre déménagement, ça se passe de façon "stupéfiante"?
Baltha

laurence a dit…

c'est drole j'ai oublié