jeudi 16 septembre 2010

CHACUN UNE BULLE
















" Où est le temps béni et si rare où des peintures pariétales se réveillaient et se révélaient à nous des dizaines de milliers d'années après qu'elles aient été exécutées?
Voilà le sort que j'aimerais savoir réservé à ma peinture. Etre regardée comme telle, une peinture du fond des âges. "
Deale Esq. Propos d'atelier, Lascaux IV, septembre 2010

7 commentaires:

laurence a dit…

Ce qui compte dans la bulle c'est pas la bulle elle même... c'est l'espace dans lequel elle se meut et qu'elle transforme...
Baltha vous transformez bien notre espace... de par votre présence... alors sachez donc que le plaisir de la bulle c'est ici et maintenant... la postérité...n'est que "vanité"...

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Alors des bulles dans un melchizédec de champagne, sinon rien.
Baltha
P.S. Vous savez, Laurence, une peinture anonyme c'est le chapeau vide d'un mendiant. C'est très poétique certes, très prosaïque aussi.
Non, ce qui me préoccupe encore , c'est d'ignorer si elle me survivra, si même elle vit encore et, si oui, si une personne au moins lui accordera quelque attention. Sans cela ce serait, de ma part, faire peu de cas des sacrifices auxquels je me suis livré. Difficile de balayer cela d'un simple revers.

laurence a dit…

oui moi aussi j'aime les bulles de champagne un jour peut être...

laurence a dit…

mais pourquoi melchizedec?

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Melchizedec? Pour la contenance (entendez le volume, pas la tenue)50 ou 60 bouteilles si je me souviens ...
Tchin-tchin,
Baltha

Laure K. a dit…

les bouilles de champagne...

Appels d'air a dit…

>Laure K,
Ici moins pétillantes que les bulles,
Baltha