vendredi 2 novembre 2012

CE MONDE QUI M'ENTOURE

La perception que j'ai du monde d'aujourd'hui ressemble à la situation d'un homme encore accroché à une échelle mais qui ne peut s'en détacher. Les barreaux du bas sont cassés, ceux du haut ont disparu. Seul demeure celui sur lequel ses pieds reposent.
Propos d'atelier, 1er novembre 2012

2 commentaires:

anecdot a dit…

demeurent aussi les montants ... le route est tracée

Hervé Suchet a dit…

>anecdot, ne faut-il pas des barreaux pour tenir les montants? Ici, je me demande si ce ne sont pas les bras de l'homme qui jouent ce rôle.
Vous me faites découvrir l'allégorie qu'il y a dans ce propos ... l'art tient ce monde à bout de bras.
En période de crise comme celle que nous vivons, l'économie et le politique devraient s'en souvenir et y recourir.
L'art peut-il encore sauver ce monde?
anecdot vous me faites dire bien des conneries.
H./S.