lundi 22 octobre 2007

MESSAGE 037 : CHAMP / CONTRECHAMP


Je cherchais une peinture qui fasse champ contrechamp à tout ce que ces dernières images et leurs commentaires viennent de ramener en surface.
La distance de ce regard me paraît convenir au besoin que j'ai de trouver la bonne distance avec cela.
Balthazar

4 commentaires:

joye a dit…

Je ne vois pas de distance dans le regard, mais plutôt un rapprochement...les yeux sont grand-ouvert, quelque part entre bonheur et appréhension, mais proches, pas loins, et pourtant et pourtant...

Balthazar a dit…

En somme, vous me signifiez, avec toutes les réserves que guide votre bonne éducation, que j'appréhende mieux la bonne distance aux émotions sur le plan pictural que sur les plans physique, relationnel et réel.
C'est bien ce qui me semblait, c'est sans doute aussi pourquoi je suis quelque peu aliéné à la peinture. Je retiens, grâce à vous, que dans le réel, je devrai désormais me tenir jamais à plus de deux coudées de celle que j'aime.
Joye, votre spontanéité et votre fraîcheur de regard et de jugement me ravissent et ne cessent de m'épater.
Je vous embrasse pour tout cela avant que vous ne m'échappiez.
Balthazar

joye a dit…

Je ne peux que te dire mes réactions. Que je ne voie pas un truc n'est pas preuve de son inexistence...par exemple, je ne vois jamais le ketchup dans le frigo. N'empêche qu'il est là.

;-)

J'aime essayer de comprendre, c'est sympa de pouvoir communiquer directement avec l'artiste.

Balthazar a dit…

joye et le ketchup,
Je ne vois jamais non plus de ketchup dans mon frigo. Si j'en voyais, je me demanderais qu'est-ce que ça fait là ça? J'achète pas ça moi.
On peut peindre avec ça? joye, vous me remettez les pieds sur terre. C'est un vrai bonheur pour moi. Si j'avais eu une fille comme vous, jamais de ma vie je n'aurais peint. La peinture ne s'en serait pas portée plus mal. Je m'en serais sans aucun doute porté mille fois mieux. Et je pense que ma fille n'en aurait pas souffert non plus.
Merci pour tout, joye.

Balthazar