lundi 9 juin 2008

MESSAGE 075 /

- Clémentine!
- Bonjour Papa.
- Tu te plais au MAMI?

- La boîte est un peu monocentrée, mais j'aime bien. J'aime bien.

- Qu'est-ce que tu voulais?
- Rien de spécial. J'ai passé presque 24 heures chez Balthazar, on regardait et parlait de ta série verte.

- La série verte? La série verte, je n'ai jamais autant été conscient, en travaillant sur cette série, de la puissance d'auto-création de la peinture. Je l'ai faite avec une énergie, des ressources qui me réincarnaient, me réengendraient. Chaque fois que j'achevais une étude, je me demandais : mais d'où ça sort?
Quand je peins, tu sais, j'ai toujours plus ou moins à l'esprit cette question majeure : qu'est-ce qu'on fait avec la peinture aujourd'hui? Pour moi, la peinture de nos jours a à se colleter à cette question. Avec la série verte, chaque tableau répondait lui-même, avant moi je veux dire, à cette question. Chaque tableau me disait : qu'est-ce qu'on fait avec la peinture aujourd'hui, mais la réponse est là, sous tes yeux, sous tes brosses!

Série verte, collection privée Mme E. Frattini-Ducos, 1999.
POUR VOIR LE DIAPOPRAMA DE SERIE VERTE

1 commentaire:

Lidia a dit…

Alors il faut peindre et peindre encore...
Je t'ai compris.