dimanche 18 avril 2010

TROP, C'EST TROP

uand il m'arrive d'être invité à souscrire à une pétition je demeure, en général, sur la réserve quand je ne retiens pas quelque sourde colère. Je ne perçois pas toujours toutes les motivations qui la suscite ni ne mesure bien les conséquences qu'elles peuvent générer. J'ai tendance, sur ce dernier point, à penser qu'une pétition contribue à opposer les uns aux autres, voire renforcer ce phénomène.
Si, bien souvent, une pétition contribue à mettre en place des contre-pouvoirs, elles n'offrent pas pour autant des alternatives consensuelles mais, la plupart du temps,  renforcent à terme d'autres conflits, d'autres rivalités. Il arrive qu'elles divisent plus qu'elles ne réorientent, fédèrent.
Alors pourquoi dis-je ici que trop c'est trop? Parce que je crois q'il existe une solution plus globale et aussi plus consensuelle pour solutionner, dans un domaine qui m'est cher, celui de l'art et de la culture et pour lequel je me suis engagé durant quelques décennies.
Aussi, une fois encore, je vais enfoncer le clou, clou dont la tête s'est bien aplatie, le corps tordu à bien des reprises.
Je vois une solution globale susceptible de clore les conflits et les débats qui opposent les acteurs sectoriels de l'art et de la culture :
  1. La défiscalisation des oeuvres culturelles et artistiques, au bénéfice de leur auteur lors de leur première production et/ou diffusion, mise sur le marché. A l'exclusion de toute autre forme de fiscalisation, aide etc.
  2. La défiscalisation, à une hauteur à définir, des achats d'oeuvres culturelles et artistiques acquises par les contribuables imposables.
  3. Pour les contribuables non imposables, une ligne de crédit d'un montant à définir, afin qu'ils puissent acquérir et/ou accéder à des biens artistiques et/ou culturels.  
A l'heure où nos systèmes économiques et nos Etats ne parviennent plus à fixer et contrôler les comportements financiers, envisager de soustraire par des mesures fiscales nouvelles comme celles-ci, les étendre à d'autres secteurs de productivité que les seuls secteurs culturels et artistiques pourraient nous inspirer dans la recherche d'un nouveau modèle économique global.
Je disais en ouverture qu'être sollicité pour une pétition sur un secteur culturel ou artistique pouvait réveiller mes humeurs, voici d'autres raisons. J'ai consacré des décennies de mon existence à la peinture, hors de l'ordre établi, le seul qui peut, éventuellement, vous permettre de survivre matériellement et au sacrifice de quelque indépendance. Je n'ai, pour ma part, été le "tapissier" d'aucun, d'aucune structure publique, d'aucun donneur d'ordre, maître d'oeuvre, marchand; n'ai sollicité les pairs d'aucune académie. J'ai toujours peint en toute indépendance, toute liberté, sans quémander de soutien, fait de concession à qui que ce soit.
Je veux croire que si j'avais pu vivre et travailler dans un système qui eut appliqué les dispositions que je viens d'énoncer ma vie professionnelle, ma vie matérielle , mon oeuvre eussent été bien différentes et plus fructueuses. Je veux croire également que notre relation à tous aux arts et à la culture en seraient plus personnelle et plus présente, que nos sociétés seraient, elles aussi, plus vivantes et moins vulnérables qu'elles le sont.

Je tais généralement ce que j'aborde ici, savez-vous que pour sécuriser mon travail j'en ai fait le don à un de mes neveux quand il m'est apparu que je pouvais d'un jour à l'autre ne plus pouvoir en assumer la conservation, ne plus pouvoir lui éviter une décharge, me trouver confronté à l'impossibilité de pouvoir moi-même le mettre à l'abri d'une situation qui viendrait à me fragiliser?
Alors, alors si un jour ce clou et ce marteau venaient à se trouver à portée de vos mains et si vous ne craigniez pas de vous frapper sur les doigts, je vous en prie, vous aussi enfoncez ce clou, parce que trop c'est trop.
Deale Esq., Propos d'atelier, 18 avril 2010.
Partager
Depuis cette publication, ils sont tous devenus complètement marteau à APPELS D'AIR.
Clémentine 

4 commentaires:

laurence a dit…

Baltha ces mesure me semblent étonnantes de justesse ...

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Voulez-vous un MAMI-marteau?
Baltha

choule[bnkr] a dit…

tu m'as l'air en colère.
Ben, je ne sais pas. Le monde de l'art me parait si loin. Pour preuve, je n'ai pas tout compris de ce que tu as écris.
Bon courage en tout cas.

Appels d'air a dit…

>choule[bnkr],
C'était juste un flash Claude François, quelque chose comme ça,une "scie", un 45 tour.
Clémentine