dimanche 2 mai 2010

2 MAI






















Jeune garçon, encre, 29,7 X 21cm, septembre 1999.

Non, il ne me reste plus un seul brin de muguet.

4 commentaires:

TG a dit…

Ce jeune homme m'a l'ai un brin nonchalant

Appels d'air a dit…

>TG,
Hier, il était plus préoccupé, c'est exact,
Baltha

P.S. Merci de votre passage. Je passais chez vous, il y a peu, vous mentionnez une expo en cours; j'ai tjs beaucoup de réserves à l'endroit des évènements officiels pour des raisons longues à justifier, faire valoir et même mettre en forme. Il me semble que, comme le monde dans lequel nous sommes et les règles et structures qui le régissent, nous avons besoin de répondre aux besoins d'une époque charnière qui plus que de simples changements culturels a besoin d'une réorientation "civilisationnelle" et cela peut passer par des étapes bouleversantes.
Ce qui me fait fuir "l'ordre culturel établi" c'est la consanguinité incestueuse qui y domine, l'autorité, la tradition, l'absence de démocratie qui y perpétuent un conservatisme qui m'est insupportable, qui en affaiblit tous les acteurs, tous les spectateurs. Tout ce qui, tiens, sent le muguet fané ou qui ne parvient pas à maturité.
A cause donc de cette expo dont vous parliez je rédige ici ce que je n'ai pu écrire sur votre blog.

choule[bnkr] a dit…

je n'en ai pas vu beaucoup cette année... du muguet.

Appels d'air a dit…

>choule[bnkr],
Si tu as vu de beaux petits brins, de quoi te plaindrais-tu?
Clémentine