samedi 7 août 2010

BROUILLON DE PAGE


En faisant refaire surface à ce dessin, je découvre un texte au verso d'une épreuve de Carnets d'atelier où je peux lire :

Peu à peu, je veux dire d'années en années, je me suis rendu compte que ma peinture mettait en place un silence entre elle et son spectateur. Peu à peu j'ai appris à constater, évaluer ce silence. A apprécier qu'il fût le facteur, l'acteur qui mettait en place le climat, les conditions pour que s'établisse une relation spécifique entre ma peinture et son spectateur.


 C'est un silence actif, un silence qui s'impose. Qui s'impose aux bruits parasites, à la dispersion, l'inattention. Le silence d'une présence forte, forte mais non dévorante, d'une force immense mais dont on ne redoute rien, dont on n'a rien à redouter.. Troublante mais sécurisante, sans artifice.
Dès lors, je commençai à porter de l'attention puis à développer un travail de mise en scène de ma peinture qui privilégiât ce silence. Pour ajouter, privilégier il fallait d'abord soustraire afin que ce silence gagne en perception possible, intensité, présence, volume.
C'est alors que je me rendis compte que le silence ouvrait la voie, appelait la danse et les sons.
J'en parlai à Edgar, il composa la musique qui allait être celle du Kiosque à Fulambules et tableaux. Les Fulambules, mes silhouettes de bois géantes naissaient simultanément. Ils allaient être des protagonistes majeurs dans mon travail., s'imposer comme le font une enfilade de portes, l'allée des lions à Karnac, les monoïs de l'île de Pâques. S'imposer comme le font les témoins, les acteurs d'un acte de création.
Indépendamment de moi, sans contrainte et en totale adhésion, avec crainte et confiance, je prenais conscience que cela faisait de moi un peintre-chamane, devant moi se produisait un travail semblable à ce que révèlent les parois couvertes d'animaux par l'homme de la préhistoire, une création permanente.
J'en parlai à Deale Esq. redoutant qu'il me demandât si je me prenais pour Claudel, Soubirou, Fouquet. Il ne dit rien. Nous n'entendîmes pas même les cigales*. Et aucun de nous ne pensa les interposer ici. Plus tard quand je revis Deale, il me dit : Les Fulambules, il faut les réaliser maintenant.
Carnets d'atelier, 13.02.1999

_____________

(*) Les cigales, allusion à Propos métaphoriques.

2 commentaires:

Laure K. a dit…

tout a fait pataphysicien, Edgar !

Appels d'air a dit…

>Laure K.,
Alors vous aussi!
Baltha