samedi 25 septembre 2010

CA DECROCHE















Je sens que je décroche...
















Je décroche encore ...
















Je décroche toujours...










J'ai bel et bien décroché.



 ***


Ces dessins participent toujours de la série que j'appelle Dans la penderie du MAMI. L'emploi, dans les légendes, du verbe décrocher est donc, somme toute, bien logique. Ne sommes-nous pas, en société, les uns et les autres plus ou moins sur des cintres , non ?  Allez, allez!
Deale Esq. Propos d'Atelier, note de marge, septembre 2010.

3 commentaires:

laurence a dit…

Baltha l'image du ceintre me plait bien il m'évoque à la fois au pluriel le haut de la scène perdu pour le regard et au singulier un objet désemparé J'ai du écrire un jour quelque chose de la sorte mais ou?

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Laurence, vous savez quoi? Un jour je me suis échappé d'une "penderie". Depuis il m'arrive d'y jeter un oeil dissimulé sur la corniche d'une armoire. Mais, le plus souvent, je reste à distance.
Ce que vous avez un jour écrit se trouve peut-être là.
Deale Esq.

Laure K. a dit…

Quel beau Pierrot Lunaire, vous en faites des têtes, vous !