mardi 28 septembre 2010

JE CONFESSE

Je confesse une brève incursion dans la peinture bourgeoise.
Deale Esq.
















Sans titre, pastel sur papier marouflé sur bois, 101 x 71 cm, milieu des années 90


3 commentaires:

laurence a dit…

un faux air de "revenez y"

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Ca n'a pas râté ...
Deale Esq.
P.S. Non, c'était de ma part une recherche sérieuse : qu'est-ce qu'on peut faire aujourd'hui avec la peinture? La peinture bourgeoise et passée est à reléguer aux antiquités et à la brocante, elle ne peut se perpétuer de nos jours.

Appels d'air a dit…

J'ajouterai encore que de toutes les peintures du passé celle à laquelle et la seule à laquelle je sois profondément attaché est la peinture préhistorique. Quant à la peinture d'aujourd'hui, celle que je regarde avec le plus d'attention et d'espoir mêlé de crainte est le street art. J'espère que le fait d'être regardée en premier par un large public plus que par un "jury" de l'ordre établi rendra plus service à son autonomie, et son indépendance que les peintures du passé qui n'ont rencontré le public qu'après la sanction officielle. Qu'après vienne la reconnaissance officielle ... autre histoire ... que les agents officiels s'efforceront de tronquer pour se faire valoir et faire valoir leur position de pouvoir.
Tout ce que je dis là peut être formulé plus adroitementque ne le fait la brutalité de ces quelques phrases. C'est ce que je tente d'atteindre en tenant régulièrement ce blog sur la durée.
H.S.