vendredi 16 novembre 2012

MIASMES

Glissé sous la porte de l'atelier je trouve ce billet laconique :

" D'un bout à l'autre d'une procédure judiciaire je n'ai pu que constater et subir amèrement les failles du processus."

Même ici les miasmes de notre société parviennent à s'introduire, comme chez eux, triomphants, pour s'ajouter à d'autres que seule, semble-t-il, la peinture parvient à démasquer, révéler, sans dissimuler ce qui derrière s'y terre.

C'est souvent que j'ai regardé les personnages que je peins en pensant qu'ils sont parfois une sorte d'incarnation d'un regard sur le jugement dernier quand ils affichent ce qu'a de dérisoire et de vanité ce et ceux que nos sociétés peuvent produire de pire : les soumis et les lâches, entendez ici ceux qu'elles ont vaincus.

Pour ma part c'est la peinture qui m'a, jusqu'à présent, permis de tenir bon. Je fais plus confiance à l'art, pour nous garder de tout, qu'à tout ce que l'homme peut produire d'autre.
Propos d'atelier, novembre 2012

1 commentaire:

Hervé Suchet a dit…

Il me semble que j'étais "remonté". Quand il y a trop de vapeur dans le réservoir ce n'est pas mauvais d'actionner la soupape.
H./S.