mercredi 29 avril 2009

MESSAGE 130 / J'AI BIEN VIEILLI CET HIVER




















J'ai bien vieilli cet hiver. Bien, non. Beaucoup. Je ne me reconnais plus. Ce que j'étais m'a échappé, ce que je suis devenu m'échappe. Alzheimer identitaire? Non que je ne sache qui je suis, mais ce que je suis.
C'est ma condition qui m'échappe le plus. Je ne porte plus en moi la faculté de savoir, de revendiquer, faire valoir qui je suis.
J'ai perdu ce qui me donnait de l'estime de moi, sa remise à jour. J'ai rétréci, je me suis recroquevillé. Sur des restes, secs.
Mes perspectives, elles aussi, ont fondu. Comme les glaciers arctiques. Je suis en plein réchauffement climatique, vital.
C'est nouveau. Un peu déstabilisé pour donner de l'amplitude à la situation, une dimension, quelque chose avec quoi, qui vivre. Un réduit. Bien vide. Creux.

Deale Esq., Propos d'atelier, avril 2009.

***

Pour redonner de la pêche au MAMI je viens de mettre en ligne la Salle 2 des Imparfaits, vous pouvez vous y rendre en cliquant sur le lien :
Les Imparfaits Salle 2
Sur place, je suis en écoutant l'ambiance musicale best of opéra.

11 commentaires:

lidia a dit…

Tu parles de ce vide avce tant de plénitude qu'il en paraît une mauvaise farce, un tour que te joue la mélodie du blues, du cafard, du spleen, appelle le comme bon il te semble.
Mais là, j'ai juste envie de te serrer dans mes bras et de te dire : T'es bête Hervé de penser tout ça...
Tu viendrais pas boire un thé ou un café, ou un petit verre de rouge un de ces quatre, au détour d'un chemin avec nous ?

Appels d'air a dit…

>Lidia,
J'ai toujours une sorte de rancoeur, chevillée au corps, de ne pouvoir peindre quotidiennement. Depuis qques années, le temps, l'âge et l'argent ne me permettent plus de transgresser les règles d'équilibre élémentaire dont je faisais fi par le passé. C'est une cause de mal-être récurrente pour moi, une sorte d'alliance contre nature, de mésunion devrais-je dire. On s'asticote en permanence.

Le café, le thé, le rouge voilà une bonne idée. Reste que ma voiture est à mon image et à celle de cette conjointe que je viens de décrire plus haut, ma voiture, elle aussi, est pleine de faiblesses. Les trajets réduits sont les seuls qui lui soient autorisés.
Dès que je ne serai plus harcelé par des dépenses urgentes et exceptionnelles je passe trinquer avec vous tous. Si votre route vous amenait à passer dans le Gard on trinquera chez moi.

Chaleureusement, très chaleureusement,

Hervé

Anonyme a dit…

Et bien moi qui a tout d un coup tout cela je vacille...mais cest sans doute ce sas inattendu et curieusement tres vide courage

Appels d'air a dit…

>Anonyme,
Dans ce sas, je pensais : je suis devenu comme une dose de mini Mir, je dois faire le maximum avec le minimum.
Malgré tout, ça fait pas tout.
" C'est pas l'tout les choux, faut l'beurre qui va avec." Non?

Baltha

choule[bnkr] a dit…

c'est déjà bien que tu t'en rendes compte. Parfois, on fait la même analyse mais 10 ans plus tard...

Appels d'air a dit…

>choule[bnkr]
Ca ne t'avait pas échappé?

elle-c-dit a dit…

Entre votre commentaire chez moi et ce texte ici... Me voilà bouleversée.. je reste sans voix..
Dans ce creux il y a des pleins indicibles...
Merci pour ce moment fort de lecture ..
Dans le gard il fait beau aujourd'hui.. :) j'y habite aussi...

Appels d'air a dit…

elle-c-dit,
Oui, je sais que vous êtes gardoise.
Remettons-nous, nous n'allons pas si mal que ça.
Appels d'air

Bona a dit…

Sommeil profond dans ma thébaïde anglaise. Je te lis pourtant ce matin, cher Baltha, d'un seul oeil... avant de retourner rassembler les bris du silence pour en faire un bouquet du plein et du vide.
...
Je reviendrai en traînant les pieds, c'est certain, même si la blogosphère aux moeurs souvent incomprises ne me plaît que modérément.
Mes pensées d'amitié t'accompagnent.
Excellente journée.
Bona.

Appels d'air a dit…

Bona,
La blogoshère .... longtemps j'en attendais qque chose, beaucoup. Je n'en attends plus rien et les découvertes que j'y fais m'en réjouissent d'autant plus. C'est un lieu où je cherche malgré tout, où je me cherche. C'est un espace que ne m'offre pas mon environnement terre-à-terre de proximité. C'est aussi un espace d'essai, de réflexion. Un espace dans lequel j'ai fait la connaissance de trois à quatre bloggers (eurs et euses)qui sortent du commun des mortels.
C'est aussi l'espace où je demande sans cesse à ma peinture et à moi-même de dire que nous n'avons pas fait de la merde.
Alors ça fait pas mal tout ça. C'est mes Canopées.
Bien à toi,

Baltha

Anonyme a dit…

It is remarkable, very useful idea