mercredi 3 juin 2009

MESSAGE 135 / MILLE FEUX FOLLETS


I
l nous est arrivé de recevoir une visite privée à l' Atelier. Aussi bien Deale esq., Baltha, moi Clé, O' Neeball, Assiette Vide, Vendredi, Melchior esq. enfin tous, nous tous, au grand complet nous sommes-nous évanouis. Pour un temps.


Cachés, tapis derrière ce qui pouvait encore nous dissimuler dans un atelier déserté depuis si longt ... Si longtemps.

Consigne oblige, nous observions, écoutions invisibles, silencieux, attentifs à ne pas manquer ce signal qui nous libèrerait de la relégation à laquelle Il nous assignait.
Il nous avait bien dit : si et quand vous pourrez apparaître, je vous ferai signe.

Depuis qu' Il n'a plus peint, c'était la première fois que cet Atelier renaîssait, s'anima, se remplit à nouveau de mille feux follets.

Souvenir d'atelier, juin 2009.

14 commentaires:

Courbade time a dit…

Le "vide" est taquin, sa manifestation même remplit les êtres et les choses d'imagination.
Salue toute la troupe du Mami de ma part.
Tes feux follets ont beaucoup de style.

Philippe a dit…

Il existe, en dehors des contes de fée, des journées magiques,où il vous arrive de découvrir des endroits peuplés de funambules bienveillants.
Un lieu, une antre, une arche, une cathédrale habité de visages improbables, imparfaits, irrémédiablement humains par conséquent.
Un univers d'énergie habité par une densité au regard aussi lointain, ailleurs qu'omniprésent. Où comment être en deux modes à la fois...
Il existe des journées rares, où la rencontre réconcilie avec l'humain.
Melchior et Balthazar, Balthazar et Melchior, Balchior et Melzar...
Alberto t'embrasse avec nous.

Appels d'air a dit…

>Philippe,
Les feux follets m'ont confirmé qu'Alberto se plaisait énormément dans son nouveau lieu. On dit même qu'il a dit : "ça vit bien ici",

Mille courbades du

MAMI

Appels d'air a dit…

Quand sous le feu brûlant encore d'un passage d'amis je leur écrivais : les peintures sont comme des dieux et des demi-dieux, réunies elles contituent un panthéon, et bien, ce matin je lis sur le blog de certains jours :
""Quand l'Homme a voulu des hommes-Dieux, il a fallu qu'il entassât
des générations en une personne, qu'il résumât en un héros les
conceptions de tout un cycle poétique"

J. MICHELET "Avant propos à l'oeuvre de VICO (1)" 1827

Je me suis dis alors : mon pauvre Deale ...

Deale esq. Propos de blog.

laurence a dit…

J'aime bien les feux follets je crois que dans mon imaginaire c'est très lié à la danse...la chorégraphie d'Alexei c'était exactement cela...sur ce concerto...

Appels d'air a dit…

>laurence,
Bon week end Laurence. Vos photos me laissent toujours comme devant les peintures que j'aime.

h.s.

choule[bnkr] a dit…

je me suis souvent posé la question : tous ces personnages du Mami, ce sont des amis-artistes ou... Ils sont dans ton corps ?

Appels d'air a dit…

>choule[bnkr],
Les deux,

Deale esq.

laurence a dit…

Merci Baltha(s)c'est sure votre avis m'est indispensable pour exister,mais n'est ce pas le nom de votre blog...

Appels d'air a dit…

>laurence,
Tant mieux, tant mieux. Et puis vous savez, l'air que vous captez à N.Y. parvient jusqu'au MAMI où nous en profitons tous.

Clémentine

Anonyme a dit…

Je me disais que ce nouveau costume allait parfaitement au MAMI.

Appels d'air a dit…

Anonyme,
Je trouve que les fenêtres ne sont guère fleuries,

Clémentine

Anonyme a dit…

Les tableaux du MAMI sont plus beaux encore que n'importe quelle fleur.

Appels d'air a dit…

Anonyme,
Donnez-moi votre carte d'abonnement MAMIthèque que je sache comment vous vous appelez,

Clés en main