samedi 31 juillet 2010

FRAYEURS


















Jeune homme effrayé 1er temps, encre, février 2001.



Deale, mon père, dit que s'il regarde en arrière il se sent moins affligé que s'il regarde le présent, se projette dans le futur. 
Est-ce chez lui une attitude qu'il a construite au cours de sa maturité, la résultante d'une démarche générationnelle? Son attachement à cette " Indian generation "? Il lui arrive de dire, redire que la meilleure décision qu'il ait prise dans sa dernière(*) existence est de s'être rendu en Inde et d'avoir pris conscience, par toutes les ruptures que cela impliquait, des ouvertures qui dès lors venaient à sa rencontre.
Clémentine


Jeune homme effrayé, 2ème temps, encre, février 2001.


(*) Voir colonne latérale La MAMIthèque, le staff du MAMI, A propos des uns et des autres.

6 commentaires:

solveig a dit…

Expressif, vraiment ...
De quoi a-t-il si peur ?

Appels d'air a dit…

>solveig,
Votre commentaire est paru, je crois, alors que je rédigeais la note qui accompagne les dessins, vous n'en aviez donc pas encore connaissance. Cette note répond partiellement à votre question. Il faudrait vous entretenir directement avec Deale.
Baltha a ajouté un commentaire sur la dernière publication de laurence, Au devant de qui le porta, sur jarmusch; la citation que Baltha y rapporte :
« Les lois sont faites avant tout pour ceux qui détiennent le pouvoir ou l’argent. Sous couvert de démocratie et de grandes phrases, les lois permettent aux puissants de contrôler les autres. »
répond explicitement à la question que vous m'adressez,
Chaleureusement,

Votre Clémentine

laurence a dit…

Du dragon bien sure ...

Appels d'air a dit…

>Laurence,
Ou bien du Triton, lisais-je dernièrement chez vous.
Deale Esq.

solveig a dit…

Merci Clémentine, il y a de quoi,en effet, être effrayé !

Appels d'air a dit…

>solveig,
Voyez Deale également, peut-être vous rassurera-t-il.
Clé